Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Un convoi de trois cars partis de Toéni pour Tougan et transportant 160 passagers -dont 104 élèves- a vu un des véhicules sauter sur un engin explosif improvisé ce samedi 4 janvier 2020. Le bilan provisoire fait état de 14 morts parmi lesquelles 7 élèves et quatre femmes. On enregistre également 19 blessés dont 3 graves. 

Les 7 enfants décédés sont des élèves déplacés qui étaient rentrés auprès de leurs parents pour les congés de fin d'année et qui regagnaient Tougan pour la reprise des cours.

Au JT de 20h de la RTB ce samedi, le ministre en charge de l’Education nationale, Stanislas Ouaro, a manifesté son incompréhension.  Il explique que, depuis le 2 janvier 2020 les transporteurs rencontraient des difficultés liées aux questions sécuritaires sur l'axe où s’est déroulé le drame, ce qui a conduit le ministre de la Défense à entreprendre des actions pour la sécurisation de l'axe. 

«Hier, deux des trois cars ont souhaité prendre la route. Des consignes fermes avaient été données pour qu'aucun car ne bouge avant la fin de l'opération de sécurisation», assure Stanislas Ouaro. Mais, ajoute-t-il, les trois cars, qui ne faisaient pas partie d’un convoi officiel pour transporter les élèves, ont pris la route sans autorisation, contre toute attente, alors que l'opération de sécurisation n'était pas achevée, avec le résultat que l’on connait.  

A signaler que 26 des passagers portés disparus ont été retrouvés.