Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Les secrétaires généraux de l’Unité d’action syndicale (UAS) ont tenu une conférence de presse ce lundi 8 juillet 2019 à la bourse du travail de Ouagadougou. Objectif : informer l’opinion nationale et internationale d’un certains nombres de préoccupations en lien avec l’évolution de la situation nationale.

Lors de cette conférence, les secrétaires généraux de l’Unité d’action syndicale (UAS) se sont beaucoup appesantis sur l’affaire d’assassinat des militants de l’Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ). L’UAS remarque que hors mis les nombreuses entraves qui marquent jusque-là les démarches engagées par l’ODJ pour élucider ces crimes, elle observe que les autorités aussi bien nationales que provinciales se sont jusque-là dégagées de toutes les charges liées à la réalisation des autopsies sur les corps des victimes.  Concernant le communiqué de presse du parti au pouvoir réclamant la lumière sur cette affaire, Bassolma Bazié répond : « Nous ne sommes pas satisfaits des communiqués, il faut aller au-delà ».  

Pour rappel, le 31 mai 2019, deux militants de l’ODJ ont été « assassinés » dans la province du Yagha, alors qu’ils se rendaient à une rencontre avec le Haut-commissaire de la région. L’UAS a profité dénoncer les exécutions sommaires et les règlements de compte sous le couvert de la lutte contre le terrorisme.

Les secrétaires généraux de l’UAS ont également félicité le Conseil constitutionnel pour s’être auto saisie du dossier sur le nouveau code pénal. Ils espèrent que par cette action, la justice va ordonner la relecture de la loi qu’ils qualifient d’absolument liberticide. Pour les secrétaires généraux, le nouveau code pénal criminalise l’insurrection et a été adopté dans le but de museler la presse et la liberté d’expression. 

Les secrétaires généraux sont revenus sur la rencontre avec le gouvernement le 5 juillet dernier, portant sur le processus de reprise de la rencontre gouvernement/syndicats. L’UAS se dit réjouie de l’initiative du gouvernement et a exprimé sa disponibilité à reprendre les négociations. Selon l’UAS, le gouvernement s’est engagé à lui (UAS) fournir le rapport du comité bipartite et à mettre en place un nouveau comité de six membres pour examiner ces conclusions.