Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

Présent à New York aux États-Unis dans le cadre de l’Assemblée générale des Nations unies, le Président du Faso, le Lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo DAMIBA, a eu une rencontre d’échanges avec les compatriotes qui vivent dans ce pays.

La Communauté burkinabè est venue des Etats comme Boston, New Jersey, New York, entre autres pour des échanges directs avec le Chef de l’Etat sur leurs préoccupations et les questions touchant la vie de la nation.

Le Chef de l’Etat a présenté la situation notamment sécuritaire et humanitaire qui prévaut au Burkina Faso depuis quelques temps ainsi que les efforts consentis en vue de juguler les difficultés et les défis que vivent les populations. 

Il a souligné que la Transition est en marche, qu’un travail est en train d’être fait et qui produit aussi des résultats. « Les résultats atteints ces 6 derniers mois, nous n’avons pas atteints ces résultats ces 3 dernières années », a soutenu le Président DAMIBA, face à la communauté burkinabè à New York.

Selon lui, le dialogue engagé a déjà produit des résultats avec des repentis qui ont accepté déposer les armes et donnent des témoignages édifiants sur leurs anciennes vies au sein des groupes armés. Il a invité les membres de la communauté à s’impliquer dans ce dialogue chacun en fonction de ses accointances et de ses possibilités. 

Reconnaissant qu’il reste, malgré tout, beaucoup à faire, le Président du Faso évoque la réconciliation nationale comme un chantier sur lequel des acquis doivent être recherchés. « La réconciliation entre les communautés est plus importante que la réconciliation entre les acteurs politiques », a indiqué le Chef de l'État sur la question.

Les préoccupations des Burkinabè vivant aux Etats-Unis d’Amérique ont tourné autour des partenariats militaires, de l’équipement des forces armées nationales, de la restauration de la sécurité et de la cohésion sociale.

Prêts à apporter leur pierre à l’édification de la nation, ils souhaitent la mise en place de mécanismes, leur permettant de pouvoir mieux soutenir les efforts du gouvernement dans la restauration de l’intégrité du territoire et de la sécurité, et la promotion de la solidarité. 

Les 30 000 Burkinabè des Etats-Unis, évoluent dans différents secteurs et domaines, et se disent prêts à contribuer à la stratégie de lutte contre le terrorisme engagée par les nouvelles autorités du pays. Certains souhaitent également avoir des facilités d’investir au Burkina Faso. 

En réponse à ces préoccupations, le Président du Faso a indiqué que des mécanismes sont en cours de mise en oeuvre afin de retrouver le Burkina Faso d’antan, paisible, favorable à la cohésion sociale et au développement.

Direction de la communication de la Présidence du Faso