Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

©présidence du Faso

POLITIQUE

 

 La 55e session de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO a clos ses travaux cet après-midi, par l’élection du président de la conférence, en la personne du président nigérien, Mahamadou Issoufou. Le président Issoufou remplace ainsi le président Muhammadu Buhari du Nigeria. 

On retiendra des travaux, que la session d’Abuja a marqué sa préoccupation face à la situation sécuritaire dans l’espace CEDEAO. « L’idée de la tenue d’un sommet extraordinaire a été entérinée. Il s’agit d’une idée qui est née à Accra. Les chefs d’Etat ont donné leur accord pour qu’il se tienne à Ouagadougou ». a affirmé le ministre des affaires étrangères Alpha Barry. 

Pour lui, « le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a voulu ce sommet avec tous les chefs d’Etat de la CEDEAO, tout en incluant les partenaires qui peuvent aider nos pays à sortir de cette situation ».

Le rapport sur la monnaie unique a aussi été examiné à cette session. « La volonté des chefs d’Etat pour aller vers la monnaie unique en 2020 a été réaffirmée et ils veulent tout faire pour respecter ce délai. Certes, pour y arriver il faut remplir certaines conditions, ce qui n’est pas le cas dans certaines pays » a déclaré le ministre Barry. En outre, poursuit-il « les chefs d’Etat ont donc proposé que les pays qui remplissent ces conditions puissent commencer effectivement la monnaie unique. Ils seront rejoints par les autres au fur et à mesure ». Il ne reste donc plus qu’à confirmer certains aspects de la monnaie unique comme le nom et le type de banque centrale à mettre en place, pour que tout puisse démarrer véritablement en 2020. 

Sur la question de la Guinée-Bissau, le président du Faso a, selon le ministre des affaires étrangères, exprimé l’urgence pour le pays de revenir à la normalité. « Au regard des défis que nous-mêmes nous avons, il faut donner des délais raisonnables à la Guinée-Bissau pour que nous puissions disposer de nos forces présentes dans ce pays à tout moment. Nous avons des défis majeurs qui sont urgents et importants (…), il y a un besoin réel dans notre pays », conclu Alpha Barry. 

En effet, le Burkina Faso a mis à contribution des forces de stabilisation en Guinée-Bissau, dont le redéploiement sur le territoire national constitue aujourd’hui un enjeu.

Direction de la communication de la présidence du Faso

*Le titre est de la rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir