Aujourd'hui,
URGENT
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».

SOCIETE

Des experts en santé du Burkina Faso ainsi que de 22 autres pays d’Afrique et de l’union africaine ont pris part à une téléconférence organisée par le Ministère des Affaires Etrangères et la Commission Nationale de la Santé de la République Populaire de Chine sur l’expérience chinoise en matière de lutte contre le nouveau coronavirus. C’était le mercredi 18 mars 2020 en présence de l’Ambassadeur de Chine au Burkina S.E.M. Li Jian. Cette téléconférence a permis auxdits experts de s’enquérir des méthodes utilisées par la Chine pour lutter contre le Covid-19 et de trouver des réponses à leurs préoccupations afin de prévenir et de riposter efficacement contre la maladie dans leurs pays respectifs.

Le mercredi 18 mars 2020, les autorités chinoises ont tenu une téléconférence avec des experts en santé publique de 23 pays d’Afrique dont le Burkina Faso. L’Union africaine y a également pris part. Chacun dans son lieu de résidence mais tous réunis par le biais de la téléconférence, ils ont échangé sur le nouveau coronavirus qui se propage actuellement dans le monde notamment sur les modes de transmission, les méthodes de prévention et de traitement. 

Dr. Kondombo Jean Charlemagne, incident Manager du Covid-19 au Burkina Faso qui a pris part à ladite téléconférence aux côtés de ses pairs africains a salué cette initiative qui, dit-il, est de nature à renforcer leurs compétences dans le domaine. «C’était une opportunité pour nous de pouvoir, d’abord de connaitre le mécanisme de la riposte qui est mis en place en Chine depuis Wuhan. Ils ont eu la possibilité de nous décrire comment la maladie est entrée dans le pays et comment les gens se sont contaminés. Ils ont également montré, à travers cette téléconférence, que la plus grande porte de contamination qui est la porte communautaire» nous a-t-il confié avant de poursuivre «C’est une belle expérience parce que c’est déjà un pays qui a pris le « lead » et c’est grâce justement à ce pays, qu’il faut saluer ici, qui a permis de lancer une alerte permettant à l’ensemble des pays de se préparer. Là aujourd’hui, ils nous donnent l’opportunité de bénéficier de leurs expériences et de pouvoir tirer les enseignements en termes de préparation et de riposte.»

Parlant de riposte, il ressort également de la téléconférence que le personnel de santé en charge des malades est en première ligne dans cette «guerre» contre la maladie et est très exposé à la contamination.

A cet effet, le Dr. Kondombo Jean Charlemagne indique «l’expert nous a bien répondu en disant que le 1er élément à prendre en compte c’est la formation. Il faut former correctement les équipes. Il va falloir que nous puissions former le maximum d’équipes qui sont sur le terrain pour la prise en charge, former également les équipes d’intervention rapide sur les mesures de protection individuelles et faire en sorte que cette maladie ne puisse pas constituer une grosse flambée dans notre pays.»

De plus, est-il convaincu que l’expérience chinoise sera d’une grande utilité pour le Burkina Faso en ce concerne la prévention et le traitement. Il dit avoir tiré un grand bénéfice et espère partager cette expérience avec ses collaborateurs.

Pour ce qui est des équipements nécessaires, il indique que la partie chinoise leur a fait un certain nombre d’annonces et que si celles-ci sont effectives, ils auront la chance de véritablement réunir les moyens et les appuis techniques nécessaires pour pouvoir permettre au pays de riposter convenablement face à cette pandémie du Covid-19. Mais, conclut-il, la prévention doit être de mise.

«Il faut éviter de paniquer la population. C’est une maladie, comme ils l’ont si bien dit eux même, qui peut toucher tout le monde. Et personne n’en est à l’abri. Il faut que les gens respectent les mesures de prévention».