Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

POLITIQUE

Le comité de pilotage de la stratégie nationale de la prévention, de la radicalisation et de la lutte contre l’extrémisme violent a présenté le jeudi 30 avril 2020 à Ouagadougou leur rapport à mi-parcours au ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale (MATDC), Siméon Sawadogo.

L’avènement de la radicalisation et de l’extrémisme violent coïncide au Burkina Faso avec les attaques terroristes.

C’est pourquoi Le gouvernement burkinabè, pour faire face à cette situation a, au cours du Conseil des ministres du 25 avril 2018, autorisé l’élaboration d’une stratégie nationale de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent au Burkina Faso.

Le MATDC, Siméon Sawadogo s’est dit satisfait du niveau de production du comité d’élaboration de la stratégie nationale de la prévention, de la radicalisation et de la lutte contre l’extrémisme violent. Il les a encouragé à adjoindre à la stratégie proposée, un plan d’actions opérationnel en vue de parer à l’urgence.

«J’exhorte le consultant ainsi que son équipe qui ont présenté un diagnostic suivi des propositions de solutions dans la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent, à nous proposer dans l’urgence un plan d’actions qui puisse nous aider à sortir de l’ornière», a-t-il laissé entendre.

«Cette étude qui est menée dans l’espace du G5 Sahel, nous commande de nous concerter entre Etats de cet espace afin que l’application des recommandations qui en sont issues soient soit la plus efficace possible», a ajouté le MATDC. 

Pour le consultant, Sadou Sidibé, le diagnostic de l’étude sur la stratégie nationale de lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent fait ressortir entre autres causes de radicalisation, les conflits fonciers, les conflits entre agriculteurs et éleveurs, les conflits liés à la chefferie traditionnelle et à l’orpaillage.

Au nombre des solutions retenues et applicables dans l’urgence, il peut être noté la nécessité de dépolitiser l’administration, d’aller vers une gestion vertueuse de l’Etat, de veiller à policer le discours politique et d’améliorer la gestion du foncier,...

Il faut noter que les prochaines étapes pour la finalisation de la stratégie consisteront entre autres à la production du rapport diagnostic, la validation du document au niveau du comité de pilotage, l’atelier national de validation.

 

DCPM/MATDC

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir