Aujourd'hui,
URGENT
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)
Burkina: trois assaillants abattus à Foutouri dans l'Est du pays suite à une «vigoureuse riposte» des soldats (Armée)
Brésil: l'ex-président brésilien Lula est sorti de prison après plus d'un an et demi d'incarcération
Burkina: les trois opérateurs mobiles (ONATEL, ORANGE et TELECEL) comptent 19 millions d’abonnés, soit un taux de pénétration de 96%
Burkina: Macky Sall exprime sa solidarité au peuple burkinabè après l'attaque du convoi de la mine de Semafo à Boungou
Mali: le chef djihadiste Amadou Koufa placé sur la liste terroriste américaine
Côte d'Ivoire: Charles Blé Goudé sera jugé par le tribunal criminel à Abidjan
Burkina: les syndicats de la santé suspendent leur mouvement d'humeur engagé depuis plus de 6 mois suite à la reprise des négociations

POLITIQUE

 

 

Dans le démenti qui suit, la section provinciale de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) du chef de file de l’opposition réfute la démission de 500 de ses militants comme annoncé par un cacique du parti au pouvoir, le MPP. 

«Le samedi 13 avril 2019, lors de sa tournée dans la Province de la Kossi, le président par intérim du MPP, Monsieur Simon COMPAORE, a affirmé avoir reçu 500 démissionnaires du CDP, de la NAFA et de l’UPC dans la commune de Djibasso.

La section provinciale de l’UPC n’a enregistré aucune démission de militant.

Elle oppose donc un démenti formel aux propos de Monsieur Simon COMPAORE. 

En réalité, les caciques du MPP sont paniqués du fait que l’UPC occupe progressivement le terrain politique de la Kossi. En effet, notre parti a mis en place des équipes fonctionnelles et dynamiques dans tous les villages et hameaux de culture de la Kossi. Ces structures ont d’ailleurs été outillées et fortement galvanisées par la rencontre avec la direction du parti le 31 mars dernier. C’est cette rapide et extraordinaire réorganisation de l’UPC dans la province, après de multiples complots foirés, qui rend les premiers responsables du MPP fébriles. 

La rencontre de Djibasso, annoncée comme un « 8 mars en différé », n’a pas même pas réuni 200 personnes. 

Dans la Kossi tout comme dans les autres provinces, le MPP n’arrive plus à mobiliser du fait de son bilan calamiteux et de sa culture de la division des filles et fils du pays. 

La section UPC de la Kossi invite donc l’ensemble de ses 10 sous-sections et de ses 288 comités de base à continuer sereinement leur travail, sans tenir compte des gesticulations de Simon COMPAORE et de ses « bons petits». 

 

Nouna, le 16 avril 2019

Le Secrétaire général de la section UPC de la Kossi,

Membre du Bureau Politique National,

Dr Adolphe SERME

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé