Aujourd'hui,
URGENT
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc
Burkina: lancement d’une campagne de vaccination pour contrer une épidémie de méningite dans la région de l'Est
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain

POLITIQUE

Ceci est un communiqué de presse du ministre porte parole du gouvernement burkinabè sur la publication ce mercredi 13 mars d’un rapport du MBDHP dénonçant des exécutions sommaires opérées par les forces de défense et de sécurité en février dernier dans trois départements. Pour le gouvernement, « le souci permanent des autorités et de la hiérarchie militaire dans le déroulement des opérations de défense des populations  a toujours été guidé par le respect des droits humains ».

« Le Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP) a, le mercredi 13 mars 2019, dans la présentation d’un rapport d’enquête, annoncé que selon des témoignages recueillis, des victimes d’exécutions sommaires feraient partie des 146 terroristes neutralisés par une opération des Forces de défense et de sécurité, dans la nuit du 3 au 4 février 2019, dans les localités de Kain, Banh et Gomboro .

Le gouvernement tient à rappeler l’opinion nationale et internationale que la mission des Forces de défense et de sécurité (FDS) est de protéger les populations, les personnes et les biens et de défendre l’intégrité du territoire.

Le souci permanent des autorités et de la hiérarchie militaire dans le déroulement des opérations de défense des populations, cause de la présence des FDS dans ces localités,  a toujours été guidé par le respect des droits humains.

Il y a lieu de rappeler à ce propos, que le droit international humanitaire et les droits de l’homme sont des matières qui font l’objet d’un enseignement et d’une sensibilisation régulière dans tous les centres de formation militaire au Burkina Faso.            De plus, toutes les opérations de sécurisation du territoire sont menées en respectant le principe de la gradation de la force que sont successivement, le simple contrôle, l’interpellation, l’arrestation et la neutralisation en cas de nécessité. A titre d’exemple, il y a ce jour environ 700 présumés terroristes détenus dans les prisons de haute sécurité.

Le gouvernement porte à la connaissance de l’opinion nationale et internationale qu’en attendant les résultats des investigations de la justice militaire, la version des faits est celle communiquée par l’Etat Major Général des Armées.

Il réaffirme, qu’en tant que membre du Comité des droits de l’Homme, le Burkina Faso est conscient des engagements et de la responsabilité que cela implique et est respectueux des libertés individuelles et collectives.

A ce titre, tout en émettant des réserves sur les méthodes d’investigations des acteurs des mouvements de défense des droits humains, il prend acte des allégations et rassure que des investigations sont en cours sur les faits présentés.

Le Gouvernement rassure l’opinion nationale et internationale de sa ferme détermination à poursuivre les opérations de sécurisation du territoire national, des personnes et de leurs biens dans le strict respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire.

Le Gouvernement salue la coopération fructueuse des populations et les invite à continuer de développer cet esprit patriotique dans le strict respect des consignes de sécurité qui leur sont communiquées.

Le Gouvernement réaffirme son soutien aux Forces de défense et de sécurité et salue leur professionnalisme dans leurs missions de défense et de protection des populations.

Le Ministre de la Communication et

des Relations avec le Parlement,

 Porte-parole du gouvernement,

  Rémis Fulgance DANDJINOU

  Officier de l’ordre national

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé