Aujourd'hui,
URGENT
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».

ENVIRONNEMENT

Le Tribunal de Grande Instance de FADA a reconnu coupable le mercredi 18 décembre 2019,  deux trafiquants d’espèces fauniques pour  détention de spécimens d’animaux partiellement et intégralement protégés. Il s'agit des nommés Ouédraogo Madi et Ouédraogo Samuel.

Par conséquent, ils sont condamnés à 12 mois de prison chacun avec sursis. Ils devront verser à l’Etat Burkinabè  500.000 Fcfa chacun au titre d’amende et payer la somme de 3.250.000 Fcfa à l’Agence Judiciaire du Trésor. Celle-ci représente les réparations du préjudice causé aux efforts de protection de la faune au Burkina.

Il faut noter que les défenseurs de la conservation auraient espéré que la main de la justice soit plus lourde en condamnant par exemple ces contrevenants à la loi faunique à une peine privative de liberté non assortie de sursis. Une sentence allant dans ce sens, serait dissuasive et motiverait les forces de l'ordre et agents des eaux et forêts. D'ailleurs, la législation prévoit des peines allant jusqu'à 5 ans de prison ferme.

Soulignons que  ces trafiquants avaient été appréhendés le 17 décembre 2018 au moment où ils tentaient de commercialiser deux peaux de lion et trois peaux de panthère à Ouagadougou. Ces espèces rares sont en danger d’extinction et menacées par le trafic de faune. Seule une application stricte de la loi permettrait de garantie leur survie pour les générations futures.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir