Aujourd'hui,
URGENT
France: explosion dans une rue piétonne à Lyon, six blessés, la piste du colis piégé privilégiée (parquet)
Chine-Burkina: «L’exportation des produits burkinabè vers  le marché chinois a augmenté de 300%» 
Royaume-Uni: la Première ministre Theresa May a annoncé ce vendredi 24 mai qu'elle quitterait ses fonctions le 7 juin prochain
Burkina: la société civile demande aux communes minières de suspendre toute collaboration avec les sociétés minières
Burkina: une performance globale de 63,3% enregistrée par les structures du Premier ministère en 2018
RCA: 34 personnes tuées dans des attaques du groupe armé 3R
Education: les syndicats de l’éducation lèvent leur mot d’ordre de boycott 
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires

ECONOMIE

Après celle tenue le 16 février 2018 et qui a permis de faire le bilan de ses activités de 2017, la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) était à nouveau face à la presse ce mardi 12 mars 2019 à Ouagadougou. Cette conférence de presse qui s’inscrit dans une logique de redevabilité vis-à-vis de la communauté des affaires burkinabè, a permis au président de la CCI-BF, Mahamadi Savadogo, d’indiquer qu’avec un taux d’exécution physique moyen de 79,68%, la mise en œuvre du Plan stratégique de la mandature (PSM) est «constante» et «rassurante» au bénéfice du secteur privé burkinabè.

Deux années après l’installation officielle des membres de l’Assemblée générale de la CCI-BF, sous l’impulsion du bureau consulaire, plusieurs chantiers s’inscrivant dans le cadre d’un vaste programme d’accompagnement à la transformation structurelle de l’économie du Burkina ont été entamés, fait remarquer le président de la CCI-BF. L’année écoulée a été particulièrement éprouvante pour le Burkina et son économie au regard du contexte sécuritaire sous régional et national. Nonobstant cela, Mahamadi Savadogo affirme que la capacité de résilience des gouvernants et des acteurs économiques a permis de maintenir l’économie burkinabè sur les sentiers de la croissance.

«C’est pourquoi, je salue l’œuvre inlassable du gouvernement pour assurer à notre cher pays, la stabilité et le développement économique et social. Je salue également le courage de nos braves forces de défense et de sécurité qui s’emploient chaque jour à sécuriser notre pays, même au prix du sacrifice suprême. Je m’en voudrais de ne pas saluer et féliciter les opérateurs économiques de toute taille, de tous secteurs d’activité et de toutes les régions qui travaillent dur au quotidien pour la prospérité économique de notre pas», ajoute M. Savadogo.

Du bilan fait par Issaka Kargougou, directeur général de la CCI-BF, il ressort que le programme d’activités 2018 présente un taux de mise en œuvre du PSM de 79,68 %. Un taux jugé satisfaisant par les élus consulaires au regard des contraintes que l’institution a connu en 2018. Il est à noter par ailleurs, que les Directions opérationnelles ont été souvent amenées à réaliser des activités dites courantes mais indispensables au bon fonctionnement de l’institution. La capitalisation de ces activités fait ressortir un taux de mise en œuvre de 82,08 %. Ce qui donne un taux de 80,88 % de mise en œuvre du programme d’activités dans sa globalité (actions PSM et activités courantes).

En termes de perspectives 2019, la CCI-BF entend adopter et appliquer le nouveau manuel des procédures afin de faciliter et d’accélérer la mise en œuvre des actions du plan ; La mise en œuvre d’un projet d’appui à la compétitivité en Afrique de l’Ouest pour un montant de cinq milliards de francs CFA avec l’appui de l’Union européenne ; La construction des sièges de quatre nouvelles Directions régionales du commerce (DCR) ; L’opérationnalisation de la Société d’accompagnement et de financement de l’entreprise (Safine SA) ; La mise en place d’un prêt d’honneur dans cinq DCR pour un montant global de 100 millions de francs CFA ; Le lancement du projet d’appui à la transformation industrielle et artisanale pour un montant de 70 millions de francs CFA ; Le lancement d’une initiative de soutien à la production médiatique pour un montant de 50 millions de francs CFA ; La dotation des associations féminines régionales en équipements pour un montant de 80 millions de francs CFA ; La réalisation de la revue à mi-parcours du plan stratégique.

A entendre les conférenciers, 2019 mettra également l’accent sur la réalisation des grands projets de la mandature. Il s’agit notamment du port sec multimodal de Ouagadougou, l’extension de Bobointer, l’achèvement des travaux de construction du parking pour les véhicules poids lourds à Akassato, dans la commune d’Abomey Calavi au Bénin.

De la mévente dans les industries burkinabè, Mamady Sanoh, 1er vice-président de la CCI-BF a indiqué que le gouvernement a pris à bras le corps la question. C’est dans cette dynamique d’ailleurs, qu’une rencontre s’est tenue ce 12 mars pour résoudre le problème de la Nouvelle société sucrière de la Comoé (SN Sosuco) en faillite. «Il est de même pour les autres produits et des concertations ont été mises en place au ministère du Commerce et de l’Industrie et nous sommes dans une bonne dynamique pour faire renaitre nos sociétés nationales», a indiqué M. Sanoh.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé