Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

CULTURE

«L’orage africain, un continent sous influence», une fiction du réalisateur Sylvestre Amoussou. Un long métrage de 90 mn dans lequel, un chef d’Etat africain nationalise les entreprises occidentales aux dirigeants cyniques et racistes qui tentent vainement de le renverser par tous les moyens. Projeté au ciné Burkina ce 1er février 2017 à l’occasion de la 25è édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), il a reçu les ovations du public pour ses idées et sa qualité cinématographique.


Film anticolonialiste, «L’orage africain, un continent sous influence», a reçu un accueil triomphal des cinéphiles lors de sa projection en salle. Le film est un des 20 longs-métrages en compétition dans cette 25e édition de la biennale du cinéma africain. Sortie des pays africains du franc CFA, collaboration avec la Russie ou la Chine au détriment des occidentaux, critique des grandes organisations internationales, indépendance économique, fierté d‘être africain, sont entre autres thèmes abordés dans ce 3ème long-métrage du réalisateur béninois.

En effet le président de la république d’un pays africain imaginaire, qui souffre de voir les richesses naturelles de son pays uniquement exploitées par des entreprises occidentales, décide de nationaliser tous les moyens de productions installés sur son territoire par des étrangers : puits de pétrole, mines d’or, de diamants, etc.

Evidemment, les occidentaux n’apprécient guère cette décision. «C’est nous qui avons foré ces puits, nous qui avons creusé ces mines. Pourquoi veulent-ils s’accaparer des richesses qui y proviennent ?», rétorque Sandrine Bulteau, dans le rôle de «Madame Afrique». «Exact, mais c’est notre sous-sol», réplique les africains.
Un combat féroce s’engage alors, où tous les coups sont permis. Surtout ceux qui sont interdits. Qui va gagner ?

Le réalisateur estime pourtant, que ce n’est pas un film contre les peuples mais un film pour l’amitié entre les peuples, parce que les dirigeants nous manipulent. «On ne peut pas après plus de cinquante ans d’indépendance être encore sous la tutelle des dirigeants. Il faut quand même que l’on essaie d’éveiller les consciences et de penser à l’avenir de notre continent et à l’avenir de nos enfants. Le continent africain est le continent qui nourrit toute la planète, bizarrement tout le monde converge vers ici, il n’y a que les Africains eux-mêmes qui ne voient pas qu’ils ont un continent riche», explique le réalisateur Amoussou.
Même état d’esprit de l’actrice française Sandrine Bulteau, qui joue une machiavélique représentante de groupes multinationaux. «Si j’ai accepté ce rôle, c’est avant tout parce que je veux que tous les occidentaux soient au courant de ce qui se passe en Afrique. Parce qu’on nous cache aussi à nous la vérité.»

Abel Azonhandé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir